La candidature commune de l’opposition : le dauphin connu, attendons le miracle

Étiquettes
24 août 2018

La candidature commune de l’opposition : le dauphin connu, attendons le miracle

Le 23 décembre 2018 s’approche, date à laquelle sont prévues les élections présidentielle, législatives nationales et provinciale. Après une longue attente, la Majorité présidentielle s’est choisie un « dauphin », candidat qui représentera le pouvoir à la prochaine présidentielle. De l’autre côté de l’opposition, tout le monde donne l’impression d’être favorable à une candidature commune. Jusque-là, il est difficile de prophétiser, mais leur comportement prédit à une élection présidentielle « seul contre tous », c’est-à-dire un candidat de la MP contre plusieurs candidats de l’opposition. Mais, attendons, un miracle pourrait s’opéré au sein de l’opposition.

V. Kamerhe-E. Bazaiba-F. Tshisekedi

L’opposition congolaise peine à se désigner un représentant au scrutin présidentiel. Animés d’esprit égoïste, les opposants sont loin d’être locataire à la présidence. Chacun se voit plus compétent, plus populaire, plus sage… que les autres. D’où, ils chantent être tous « d’accord » pour une candidature unique de l’opposition tout en mettant les barres-de-fers.

A quatre mois de la présidentielle, tout laisse à penser que l’Opposition est bien loin de se mettre d’accord autour d’une candidature commune. Et, tout semblerait être loin que les opposants se mettent d’accord autour d’une candidature commune. Faut-il une candidature commune de l’Opposition au scrutin présidentiel du 23 décembre prochain en RD Congo ? Oui, à ce moment, il est utile que l’opposition se regroupe pour faire face à la Majorité. Si, elle commet la même erreur de 2011, ils vont perdre et crier haut et fort que le scrutin a été truqué.

Les « oui » ironiques

L’UDPS/Limete comme la majorité des partis de l’opposition dit oui à une candidature commune de l’opposition mais ne voit que Félix Tshisekedi, l’UNC fovorise Vital Kamerhe, l’Ensemble pour le changement ne jure que sur Moïse Katumbi, pour le MLC, Jean-Pierre Bemba reste le seul à conduire l’opposition. Dans ce conteste, devons-nous espérer ? Oui, nous pouvons espérer un miracle ou rien.

« Pour nous la jeunesse de l’UNC, l’idée de candidature commune peut être sincère que sit le président Kamerhe en sort le choisi. Contrairement à ça, l’unité de l’opposition serait inutile et nous n’en serions plus partisans car personne et encore personne dans cette opposition n’a les critères et les charismes d’un président de la République à part Vital Kamerhe », dit Olivier Bahene de l’UNC dans groupe whatsapp dénommé « tous derrière VK ». Alors que Vital Kamerhe lui-même appelle les opposants à la flexibilité.

Au sein de l’UDPS, renseigne le journal La Prospérité, tout est bien clair : pas question de céder la candidature commune à un autre parti de l’opposition. Peut-être dans cas d’une éligibilité de Félix Tshisekedi  que les choses pourront se négocier autour de cette affaire.

Pour Delly Sessanga, secrétaire général de la plateforme électorale Ensemble, le Rassemblement n’a pas de candidats à la présidentielle : ni Félix Tshisekedi ni Moïse Katumbi. Parce que le Rassemblement n’a jamais été une plateforme électorale.

« J’ai cru comprendre que Félix Tshisekedi est le candidat de l’UDPS et que nous, au sein de l’Ensemble, nous portons la candidature de Moïse Katumbi. Cela est le propre d’une démocratie. Nous espérons que les jours prochains, nous continuerons à rassembler davantage et que par un  rassemblement, il sera peut-être possible d’opérer ce que les congolais attendent : avoir un candidat unique ou commun de l’opposition », a affirmé Delly Sessanga à la radio okapi.

Certains comme moi, croient au miracle

Malgré que chaque parti de l’opposition favorise son candidat, certains plaident pour l’unité de l’opposition. « J’invite le président Felix Tshisekedi à s’unir en union sacrée avec les autres leaders de l’opposition pour non seulement barrer la route au plan machiavélique de Monsieur Kabila qui entend demeurer aux commandes de la RDC malgré le choix de son dauphin, mais aussi et surtout demander purement et simplement le retrait de Joseph Kabila à la présidence de la république afin de sauver le processus électoral en cours. C’est l’unique moyen de stabilité de la RDC et de la région », dit Denis Mwanakinanga Mundele, cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) basé en France dans une entrevue avec ce jeudi 23 Août 2018 avec ACTUALITE.CD

Des militants qui poussent l’opposition à l’échec

Je le dis et j’en suis sûr, les leaders politiques de l’opposition sont flexibles. Ces sont les militants/combattants de leurs partis qui les induisent en erreur. Chers militants et cadres de l’opposition, encourageons nos leaders à être toujours flexible pour une candidature unique de l’opposition. Tous s’opposent au régime, tous ont besoin de se débarrasser de ce pouvoir.

Partagez

Commentaires

Fil Kolobo
Répondre

Mais pourquoi vous vous accrocher toujours à dire ''comme en 2011'', alors que l'opposition l'avait emporté en dépit d'aller en ordre dispersé? Ces gens-là ne gagnent que par fraude, c'est tout! Croyez-vous que si le candidat unique de l'opposition battait le ''ndakala'' et qu'ils ont le moyen de tricher, ils le laisseront passer? Que non! Focalisons-nous sur la machine à...
Question; Le candidat Kin Kiey est-il de l'opposition?

dyblack
Répondre

L unité à toujours était une force qlq soit leur moyen de tricherie l unité de l opposition s'il y en a bien-sûr réussira à changer la donne